traitement efficace non impactant des cancers vétérinaires: nouvelle métode inédite

Présentez-vous, afin de mieux vous faire connaître des autres participants.
Ce n'est qu'après vous être présentés que vous pourrez participer aux autres forums.
alain79
Messages : 1
Inscription : 07 janvier 2018, 20:30

traitement efficace non impactant des cancers vétérinaires: nouvelle métode inédite

Messagepar alain79 » 07 janvier 2018, 21:07

Florence.manios@ligue-cancer.net


Pour transmission à des équipes de recherce en cancérologie..
approche non exploée jusque là du traitement du cancer partant d'une observation faite dans des conditions inhabituelles en médecine vétérinaire puis exploitée de façon entièrement artisanale., sans moyens de laboratoire mais ayant obtenu in fine des résultats au delà des espoirs modestes de celui qui les avait entrepris. Pas pu tout développer ici , c'est un exposé succint.

Origine : constatation fortuite qu'un rash inlamatoire paroxystique se déclenchait systématiquement sur des tumeurs traitées avec un AINS cox2 sélectif le meloxicam lorsque le taux plasmatique redescendait en desous d'une valeur permettant la poursuite du blocage de l'inflalation. Rsh inflammatoire entamant en grande partie l'intérêt d'une protection contre la progression du cancer par oxicam seul .



origine supposée de ce rash: l'activité cyclo-oxygénase sélective du meloxicam ne bloque qu'une partie de la secrétions de la cascade biologique aboutissant à la secrétion des cytokines pro inflammatoire. l'expression de l'inflammation est bloquée par le blocage d'un composant mais les autres molécules impliquées dans l'inflammation continuent d'être produite aux alentour ety dans la tumeur sans pouvoir être utiliséée dans le processus inflammatoire bloqué et s'accumulent localement. Lorsque le taux plasmatique de meloxicam devient trop faible pour continuer de bloquer l'inflammation, ces facteurs boologiques pro inlammatoires accumulés depuis plusieurs heures agissent tous ensemble d'un seul coup créant un rash inflammatoire qui va durer 2 ou 3 heures avant que le phénomène inflammatoire ne reprenn son cours normal.



Activité inflammatoire tumorale intense = forte activité cellulaire , forte activité angiogénique et multiplication cellules endothéliales, augmentation forte du taux de mitose cellules cancéreuses proprement dites.

L'idée fut d'utiliser des familles de médicament agissant suivant les mêm principes physiologiques que les anti cancéreux vrai mais non cytotoxiques sur des cellules en réplication é vitesse normale à des dosages non générateurs d'effets toxiques sur la moelle osseuse, le tractus digestif ou les reins mais qui deviennent cytotoxiques sur un phénomène inflammatoire boosté oùil ya de nombreuses mitoses rapides tant au niveau du tissu endothelial- effet Avastin- que des cellules tumorales proprement dites ainsi qu'un besoin acru en nutriments et métabolites véhiculés par le csytosquelette.



fenbendazole 20 mg à40mg par kgs poids corporel + parfois 10 microgrammes de colchicines par kg et par jour cibent pendant le rash inflammatoire provoqué la polymérisation de la tubuline avec pour conséquences 2 axes d'actio: difficulté d'approvisionnement de la cellule et surtout paralysie du fuseau mitotique. Remplace avec une ben moindre toxicité vinca-alcaloïdes tels vincristines etc, taxanes et dérivés de l'if, colchicine seule à dose standard -plus utilisé.



enrofloxacine:une fluoroquinolone à la dose de 10 à 20mg par kg inhibe les topo-isomérases type 2non seulement des bactéries mais également des eucaryotes.

10mg par kg pas toxicité sauf accident steven johnson et Lyell

20 mg par kg hors utilisation habituelle enrofloxacine comme antibiotique.

Dans contexte inflammation boostée se comporte comme Etoposide ou Bléomycine.



sulfadiazine plus Triméthroprime en lieu et mlace metothrexate toujours dans contexte inflammation tumorale boostée

synergie sulfa+TMP avec fenbendazole alimentation cellulaire: toxicité digestive si les 2 en oral. fenbendazole en oral et TOUJOURS sulfa tmp en injection SC.



chronologie temporelle précise pour obtenir effit anti tumoral remarquable et peu impactant

ménager plages temporelle précise ou le meloxicam n'est plus asez présent pour bloquer l'inflammation pour permettre à l'inflammation tumorale d'exploser .

Administrer kkes médicaments cités plus haut précisément en fonction de l'heure ou la couverture AINS s'abaisse.



Après passe de 10 à 15 jours la tumeur est encombrée de cellules bloquées en pro-métaphase, normalement en attente d'apoptose sauf si mécanismes génétiques apoptose endomagés. Ces cellules bloquées en cours de mitose attirent le système immunitaire -recrudescence de l'inflammation en fin de passe parfois plus controlable par le meloxicam.

Sur certains cancers le système immunitaire arrive à évacuer ces cellules, souvent il ne les détruit pas assez vite pour empêcher une partie d'évacuer au fil du temps des médicaments et finir leur mitose et donc le cancer de repartir. Ou obliger à forcer les doses de médicaments notemment fluoroquinolone pour les tuer.

Solution très intéressante trouvée avec protéoglycanes extraits d'enveloppe cellulaire de saccharomyces cerevisae allié à oligo éléments et vitamines médicament nommé MUNISAN très efficaces pour soutenir défenses immunitaires chats pprésentant signes initiaux SIDA félin ainsi que comme potentialisateur de vaccins vétérinaires.

j'administre le MUNISAN après 1 journée à 1,5 jour de latence après arrêt de la passe afin éliminer fenbendazole et action cytotoxique et ne pas exposer cellules souches médullaires.. L'utilisation du Munisan provoque une redcrudescene de l'inflammation pendant quelques jours puis la tumeur commence à s'effondrer. Sous Munisan le système immunitaire fait certainement une sorte d'auto-vaccin en reconnaissant enfin les cellules bloquées comme antigènes et en y assiociant les autres cellules cancéreuses car lorsque l'effondrement commence à être visible, en continuant le Muisan il n'est souvent plus nécessaire de faire d'autre passe avec le fenbendazole et les autres médocs à visée anti cellulaire qui d'ailleurs pourraient perturber la réaction immunitaire en détruisant la production de lymphocytes B et autres cellules immunitaires qui se sont sppécialisée sur les antigènes produits par la tumeur.

Une fois commencé l'effondrement a tendance à se poursuivre jusqu'au bouot sous Munisan sans petre obligé de faire une autre passe de chimio. Surtout et bien évidemment ne pas utiliser d'anti inflammatoires en même tant que le Munisan pour ne pas gêner l'action de celui-ci.

J'obtiens des résultats très intéressant en soignant des cancers animaux tant en termes d'efficacité quen tant que préservation de létat général + les coûtssauf le Munisan qui est très couteux. Vraisemblablement aussi , avec le Munisan en la création d'une situation immunitaire et à l'enregistrement d'antigènes , peu propice à un redéveloppement ultérieur du cancer qui a été combattu.



D'autres conditions et précautions sue je n'ai pas le temps de vous exposer ici sont nécessaires a l'efficacité du traitemetn notemment avec la faible disponibilité biologique du fenbendazole . contactez moi au 05 49 05 81 16

une partie de ces protocoles est aussi issue d'expériences de lutte contre des parasites cérébraux comme Encephlitozoon ou Toxoplasma qui sont des eucaryotes comme les cellules cancéreuses.
N bene: les animaux traités éappartenaient à une espèce éliminant assez vite le meloxicam. L'effet rash inflamatoire sera certainement moins net sur d'autres mamifères chez qui le meloxicam a une demi vie plasmatique plus longue. Mais on peut jouer sur les enzymes hépatiques et provoquer une élimination sur le même rythme .
a mon avis : tout de suite essayer de soigner en milieu vétérinaire des tas d'espèces et des tas de cancers différents pour élargir la base des constatations.
Compléter l'analyse fine des mécanismes d'action du meloxicam et son action sur les cascades biochimiques pro inflamatoires il ya peut etre des choses qui n'ot pas été vue.
Voir si le rash se produit aussi avec les coxibs.
Voir si le rash se produit avec les AINS non sélectifs de la cyclo oxygénase type 2 comme l'acide niflurique, l'ibuprofène, l'asirine.
observer aussi avec les gluco corticoïdes, à mon avis si ce que je pense se vérifiai , il n'y aura pas de rash. mais avec les AINS non sélectifs je ne sais pas le résultat orineterai la réflexion.
Il n'y a pas de RCP pour le Munisan car il est classé comme" complèment alimentaire vétérinaire bien que son action de préservation sur les chats atteints du SIDA félin ne fasse pas de doute. J'ai un chat qui ne vit que par àça et qui replonge dans des infectons opportunistes dès qu'on arrête le traitement ..De plus sur les cancers traités avec une action anti fuseau mitotique, il provoque pendant quelques jours une nette recrtudescence de l'inflamation avant que la tumeur s'effondre et perde progressivement de la taie. Il doit bien se passer quelques chose.
Des 3 médicaments à visée cyto toxique le fenbendazole semble la pièce maitresse sans qui rien est possçble - en plus évidemment du meloxicam.
A aucun moment les animaux n'ont été vraiment dérangé et j'ai toujours gardé une marge de prudejce qui n'a pas empêché une efficacité surprenante sur différents cancers très avancés .

Revenir vers « Présentez-vous »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité